Quand je joue - Julien Clerc

 Fils de Paul Leclerc (1916-2003), haut fonctionnaire à l'Unesco, et d'Évelyne Merlot (1926-1999), Paul-Alain Leclerc naît le 4 octobre 1947 dans le 19e arrondissement de Paris1. Sa grand-mère paternelle, Marie-Louise, est aide-ménagère chez celui qui deviendra son grand-père paternel, Auguste Leclerc, contrôleur PTT. Son grand-père maternel, Alexandre Merlot, est né en 1891 à Capesterre-Belle-Eau en Guadeloupe

À l'automne 1968, Julien Clerc part en tournée avec Adamo. En mars 1969, il monte pour la première fois sur la scène de l'Olympia en première partie de Gilbert Bécaud et obtient un triomphe. C'est à cette occasion que Bertrand Castelli, hippie milliardaire et la productrice Annie Fargue lui rendent visite dans sa loge. Détenteurs des droits de la comédie musicale Hair pour la France, ils lui proposent le premier rôle. Julien Clerc refuse puis finit par accepter après avoir assisté à une représentation à Londres. Du 16 au 29 décembre 1970, il passe cette fois-ci en vedette à l'Olympia .

1980 : Il s'agit d'une période transitoire pour Julien Clerc. Il s'éloigne de la chanson pop de qualité pour la variété de qualité. C'est aussi l'année de sa brouille avec Etienne Roda-Gil. Il devait deux albums à sa maison de disques de l'époque Pathé-Marconi. C'est ainsi que les deux sont sortis cette même année 1980, "Sans entracte" contenant "L'assassin assassiné" et "Mangos" et "Clerc Julien" un album un peu décevant d'où seul émerge vraiment ce fantastique titre (le dernier de l'album) "Quand je joue" qui, en plus d'être dans Mélodisque, pourrait selon moi intégrer le programme "La Boum du samedi soir" car c'est un mélange de rythme rock et de rythme disco vraiment réussi. [Bonne idée !] En 82, il signe chez Virgin où ses 45 tours se vendent enfin autant que ses albums, ce qui n'était pas le cas dans sa première période chez Pathé-Marconi.