Dès que le vent soufflera - Renaud

Renaud Pierre Manuel Séchan naît le 11 mai 1952, au centre du 14e arrondissement de Paris. Il a un faux jumeau, David, ainsi que quatre autres frères et sœurs dont l'écrivain Thierry Séchan

 

Son père, Olivier, professeur d'allemand et de néerlandaistraducteur et auteur de romans policiers et de livres pour enfants, est originaire d'une famille protestante des Cévennes.  Il lui a donné le goût de l'écriture, l'amour de la vérité et une éducation protestante puritaine

Sa mère, Solange Mériaux, originaire d'une famille de mineurs du Nord, était ouvrière dans une usine de Saint-Étienne avant de devenir femme au foyer lorsqu'elle se marie à 20 ans. C'est elle qui choisit le prénom Renaud . Elle lui a apporté chaleur, simplicité des rapports et l'amour de la rue

Son grand-père paternel, Louis Séchan était un helléniste français renommé, professeur à la faculté des lettres de Paris

Son grand-père maternel, Oscar, mineur après avoir quitté l’école à l'âge de 13 ans, fut d'abord membre du Parti communiste, puis le quitta en 1937, déçu après un voyage en Union soviétique en 1932. Il rejoignit ensuite le Parti populaire français

 

À ce double héritage culturel s'ajoutent également deux tendances musicales : sa mère écoute de la chanson populaire allant de Fréhel à Maurice Chevalier ou Édith Piaf, alors que son père est amateur de musique classique et de chanson française à textes, notamment Georges Brassens

Au début des années 1980, inspiré par l'aventure similaire d'Antoine, et de Jacques Brel..., Renaud se fait construire un bateau, le Makhnovchtchina (voilier), pour aller naviguer aux quatre vents, avec ses copains, son épouse Dominique et leur fille Lolita (née en 1980). , « Pour moi, la mer représentait la liberté, le voyage, l'aventure, les galères. », et « Dès que le vent soufflera je repartira, dès que les vents tourneront nous nous en allerons... »...

 

Alors qu'il lui parle de sa passion pour la mer et de son bateau, son amie Dominique Lavanant lui cite « C’est pas l’homme qui prend la mer, c’est la mer qui prend l’homme » de l'aventurier Joseph Kessel, titre qui lui inspire lors d'une traversée de retour des Antilles vers la France du 23 juin 1983, ce célèbre chant de marins à succès .

  • facebook-square
  • Twitter Square
  • vimeo-square